Les 6 conseils de carrière que j’aurais voulu entendre plus jeune.

12920309_10154025731014356_3515525785451274694_n

Cet article est destiné aux jeunes passionnés d’informatique, je ne pense pas qu’un professionnel ait quoi que ce soit à apprendre de cet article.

 

J’ai toujours voulu faire du logiciel. J’ai commencé à l’âge de 12 ans (ou 9 ans, ça dépend ce qu’on appelle « commencer »).

Mon premier langage a été le HTML, puis directement le C++, puis le PHP etc…

Ça fait donc presque 20 ans que je fais du logiciel, dont presque 10 ans professionnellement (9 pour être précis !).

 

Le logiciel, c’est la passion de ma vie. Mon cerveau a grandi avec la logique de construire des systèmes. L’homme que je suis est grandement influencé par mon côté développeur (et vice versa).

 

J’ai l’impression d’avoir réussi mon but que je m’étais fixé plus jeune : comprendre comment faire du logiciel. Je n’ai pas l’impression de dire que je n’ai plus rien à apprendre, au contraire, mais j’ai l’impression que je suis arrivé à un point où j’ai davantage à DÉCOUVRIR qu’à apprendre des choses existantes, car le logiciel est une science nouvelle où tout est à faire.

 

Quand j’ai commencé seul dans ma chambre avec mon livre de C++ de Monsieur Delannoy, je me demandais si je faisais les choses justes, si j’apprenais bien dans le bon ordre, car j’étais seul.

Je me souviens du plus gros challenge que je m’étais donné à l’époque : vers 15 ans, j’ai décidé de faire tourner ma machine sur linux, sauf que mon modem 56k n’avait pas de driver pour le kernel debian. Je m’étais promis que tant que je n’arriverai pas à écrire le driver, je ne pourrai plus jamais me connecter à internet. Je suis resté sans internet pendant six mois ahahah !

 

Le jour où j’ai commencé l’informatique, je me suis promis plusieurs choses à moi-même, avec du recul, certaines promesses ont bien marché, d’autres non. J’ai voulu écrire un article sur les conseils que j’aurais aimé pouvoir me donner à moi-même, quand j’ai commencé il y a presque 20 ans.

 

Conseil #1 : Ne joue pas aux jeux vidéo ! (Bon conseil)

Je n’ai pas joué aux jeux vidéo (à part une ou deux parties par an exceptionnellement) jusqu’à mes … 26 ans (depuis, je joue environ 10h/semaine pour me rattraper) ! Quand j’ai eu mon premier PC, je me suis fait la promesse que je ne jouerai aux jeux vidéo seulement quand j’aurai compris comment le logiciel fonctionne. J’ai tout de suite compris que je pourrai avoir une addiction forte (je me suis aussi promis de ne jamais boire d’alcool cette année-là, ahaha, le barge). J’ai compris le potentiel que pouvait avoir la machine, que le PC devait être traité avec grand respect et qu’il devrait être utilisé exclusivement pour apprendre.

Cette promesse a été la meilleure de toutes. Elle m’a permis d’avoir pu toucher à tout, très vite, et en avance par rapport à tous les autres de mon âge. Cette longueur d’avance je l’ai encore aujourd’hui. Ma culture informatique reflète davantage celle de quelqu’un de 40/45 ans que 29.

 

Conseil #2 : Ne te limite à aucun domaine. (Bon conseil)

Seconde promesse que je m’étais faite plus jeune : essaie d’apprendre TOUT à propos de l’informatique, ne te limite à aucun domaine. J’ai donc passé mes certifications cisco et linux (ccna, ccsp, mandrake) à 16 ans, appris à monter mon ordinateur, créé des sites web, fait de la sécurité/hacking, fait du UX design/Photoshop/montage vidéo, créé un petit operating system etc… Puis une fois le monde professionnel arrivé j’ai fait de l’UI, du back end, des systèmes distribués, de l’IoT, du cloud, des applications bancaires, des applications web, mais aussi du marketing, de la psychologie, du design d’organisation etc…

Jusqu’à la fin de mes études je n’ai jamais voulu me considérer « admin réseau » ou « développeur » car je n’arrivais pas à faire un choix, je voulais tout, faire tout ! J’ai d’ailleurs choisi mes écoles car elles étaient « généralistes ».

 

Cela a très vite porté ses fruits : si tu veux pouvoir architecturer un système, tu dois pouvoir avoir des notions de programmation mais aussi de réseaux, systèmes, administration, UX, sécurité etc…

Au boulot j’écris mes propres threats models, je fais souvent mes propres choix d’UX, je peux debugger des pannes réseaux, je peux configurer un load balancer, je scripte mon shell linux, j’écris et review du code dans plus de 10 langages, je configure des systèmes…

Etre « full stack » n’empêche pas que l’on puisse se spécialiser, car les notions que l’on apprend dans les autres domaines impactent tous les autres. Au début, j’avais l’impression d’apprendre « du réseau » puis « de la programmation », mais une fois que j’ai approfondi tous ces domaines, j’ai compris que j’apprenais la même chose : le logiciel.

 

Conseil #3 : Ne bosse pas en classe ! Ça ne sert à rien ! Je suis un p’tit génie de l’informatique (Mauvais conseil)

Alors là mon gars, t’es vraiment un gros con ! Tu vas le payer toute ta vie. Les maths tu penses que ça ne sert à rien car tu sais faire un if/else ? Tu as tort !!! Effectivement, si tu veux juste faire webmaster tu n’en n’auras pas besoin, mais attends de finir chez Microsoft ou Amazon et te casser les dents sur des problèmes que les autres peuvent résoudre plus vite que toi.

L’abstraction des maths te permettra d’apprendre l’abstraction logiciel, le calcul de limites te permettra d’apprendre plus facilement la complexité O, les calculs matriciels te permettront de faire de la 3D.

Apprendre l’anglais te permettra de t’exporter aux USA et ne pas avoir l’air d’un guignol.

Aller en cours de français te permettra d’avoir un blog sans faute d’orthographe.

À QUEL MOMENT peux-tu penser que les cours ne sont pas importants… Ce choix est et/ou sera une des plus grosses erreurs que tu feras.

Bon la seule bonne nouvelle c’est que les skills acquis en hacking te permettront d’avoir ton bac.

 

Conseil #4 : Les certifications c’est de la balle ! Et être major de promo aussi ! (Mauvais conseil)

J’ai passé plus de 100 certifications, une dizaine de compétitions internationales, appris des dizaines de bouquins par cœur.

J’aurais mieux fait de me payer un psy et comprendre à quel point j’étais « insecure » plutôt que de perdre 3 ans à faire tous ces trucs. Ça m’aurait coûté moins cher et j’aurais gagné du temps pour atteindre mon vrai but.

Certes, le savoir acquis a été intéressant, mais cette course aux trophées et certifications c’est juste pour les gros mecs pas sûrs d’eux-mêmes et qui veulent se la prouver.

Personne n’en a rien à faire sauf les autres mecs qui eux-même ont passé des certifications. Focalise-toi sur le concret, délivre des résultats, la vie est trop courte pour faire la chasse aux médailles.

Et bien sûr, après avoir été le pire élève en classe tu décides d’être major de promo en BTS et master. Tu sais quoi, bien évidemment que tu vas y arriver mais as-tu réfléchi à quoi ça sert ? C’est pareil que les certifications, ça sert à rien sauf à faire plaisir à ta mère. Tu vas perdre un sacré bout de temps pour rien…

 

Conseil #5 : Je ne pourrai jamais devenir riche en étant développeur. Je dois devenir entrepreneur ! (Mauvais conseil)

Tu peux entreprendre tout en étant développeur, être un entrepreneur dans son esprit ne veut pas seulement dire devenir CEO.

En travaillant dans le bon pays, dans la bonne entreprise, au bon moment, tu gagneras bien ta vie ! Alors arrête de te stresser et d’essayer de monter des boites toutes pourries. Focalise-toi sur ta mission : faire du logiciel pour ceux qui savent ce qu’ils font niveau business.

 

Conseil #6 : Les hard skills sont la chose la plus importante pour réussir (Mauvais conseil)

C’est vrai ! En tant que junior jusqu’à intermédiaire, le savoir/savoir-faire technique va te porter super haut, plus rapidement que la plupart. Mais si tu n’apprends pas les soft-skills, tu vas plafonner très vite.

Quand tu voudras devenir un leader qui influence le monde, la technologie et les autres ingénieurs, c’est l’intelligence émotionnelle qui te permettra d’avancer. Savoir se contrôler, être mature, savoir évoluer avec les autres, savoir faire grandir les autres, savoir se faire des amis sont des compétences indispensables. N’attends pas d’être bloqué pour l’apprendre, apprends-le dès ton plus jeune âge.

 

 

Et vous, si vous pouviez vous parler à vous-même quand vous étiez plus jeune, quels sont les conseils professionnels que vous vous donneriez ?

 

Edité par Timothée CORDIER

FacebookLinkedIn
  • Ehouarn Perret

    C’est tres personnel comme exercice:

    1 – La confiance en soi, il y aura toujours des gens qui aiment showing off pour rien ou d’autres qui aiment rabaisser car ils ont des gros sentiments d’insécurité (parfois les parents eux-meme…). C’est important de garder la tete froide et ca aide beaucoup pour le point suivant. Je pense qu’a partir du moment ou la personne n’a pas ete diagnostiquee avec des gros problemes d’ordre neurologique, on peut arriver a presque tout, a partir du moment ou on a de la volonte et que l’on sait ce que l’on veut (ce qui n’est pas forcement facile pour tout le monde).

    2 – Perseverance, ça vaut pour tout, software, math, sport; il vaut mieux tard que jamais.

    3 – No video games, stupid tv shows or retarded youtube videos, (d’ailleurs j’ai remarqué le même constat ça fait un gap de knowledge sur le long terme car il faut toujours se souvenir qu’il y a que 24 heures dans une journee), c’est lie au point d’apres, mais tenter de trouver des choses qui challenge et qui font apprendre des choses => stimulation intellectuelle autant que possible

    4 – Ne jamais rester dans la zone de confort, toujours chercher du challenge, la culture francaise ne pousse pas trop a ca et c’est bien dommage.

    5 – Si une ressource ne convient pas (cela part des livres a certains mauvais lectures) ne pas hesiter a switcher sur qqchose avec laquelle on peut avancer, le phrasing et l’approach ont leur importance dans la compréhension et de nos jours les ressources ce n’est pas ce qu’il manque.

    6 – Les maths, un des rares points ou les jeunes en France devraient se rendre compte de la chance qu’ils ont… ne pas avoir peur du formalisme, c’est qu’un moyen de s’exprimer, cf point 1.

  • Paul Mira

    Bonjour à vous.

    J’ai quasiment le même âge que vous, mais un parcours très différent. Disons que je ne fais de l’informatique “que” depuis 6 ans. J’ai commencé mes études supérieures par des études en Mathématiques appliquées en fac de science, pour ensuite continuer après ma licence en école d’ingénieur en systèmes et réseaux informatiques.

    En gros l’informatique ça n’a pas commencé comme une passion mais par surtout le désir d’apprendre quelque chose de plus “pratique” que les simples maths appliqués. Ensuite simplement poussé par le désir d’être embauché et être utile à quelque chose j’ai commencé à travailler comme développeur Java/JEE pour une petite structure, mais là depuis quelques mois je dirais que je ressent une forte passion et un réel désir pour le développement logiciel et l’apprentissage d’absolument “tout” ce qui concerne les systèmes informatiques. Je souhaite tout avoir au bout des doigt. Je veux pouvoir développer des jeux, des applis web, des mini-systèmes, des logiciels, … J’essaie de refaire mon retard en comblant quelques lacunes que j’ai concernant les structures de données (piles, files, arbres, graphes), les différents problèmes classiques de l’algorithmique, et même l’architecture des ordinateurs.

    Je partage plusieurs des points que vous avez notés et je ne souhaite me limiter à aucune technologie. Mais vu mon âge je me demande s’il n’est pas un peu tard pour moi. J’ai une forte base en mathématiques et mon niveau en anglais est également très bon.

    Alors dites moi, que pensez-vous d’un cas tel que le mien? des conseils?

    • C’est exactement ce que je continue de faire a l’age adulte.

      Je li des choses absolument pas en rapport avec mon boulot, j’ai des projets perso a l’antipode de mes projets pros, et je change d’equipe ou entreprise toutes les deux ans pour a chaque fois changer completement de secteur (hardware, operating system, gaming console, applications, website, distributed systems, machine learning …).

      Le seul probleme, c’est que en France l’informatique n’est pas considere comme un produit mais comme un moyen, et cela force les hauts salaires sur les gens immediatemment operationnel et expert.
      Tu pourras adopter la meme attitude que moi, mais ton salaire ne decollera surement pas.
      Du moins pas au debut.

      Si tu veux essayer de venir migrer aux USA, je peux te faire passer un entretien technique si tu veux.

  • Marco Rodrigues

    Hi,

    I’ll write in english as it’s faster and easy for me.

    I think the point #4 for me it’s the most difficult to understand. I’ve started from hardware, low level and high level languages (Assembly, C, Pascal, VB), to web development (PHP, HTML, CSS, etc), networking (Cisco CCNA), Linux (Debian, RedHat), Windows (Still two exams to finish MCSA 2012), but I still don’t find myself accomplished.. there are too many areas and it’s difficult to focus in one for the rest of our life, I love IT and learning any subject makes me pleasure.

    I’m currently a Linux Systems Architect, but I also like to do Networking, Programming, but I never focused 100% on something.

    What have you done to solve this on your life? Did you consult a psy? 🙂

    • I studied psychology and I can tell you that In some mental illness, particularly OCD, reassuring doesn’t help as it only give you a little bit of rassuring/confidence. This little bit of reassuring is not helpful as it keeps giving attention to the problem.
      Passing certification might make you feel better few days, but at the end, it will not be enough.

      To solve this, you need to go back to the root cause and fix it.

      For me, the root cause is that I didn’t receive enough confidence during high school, not enough recognitions, I have been bullied both by the teachers and the students. I never felt smart. So i felt USELESS. I was looking for recognition to feel that my life mattered.

      So i started focusing my attention to delivering results that impact the masses instead of looking for awards. As I did this, I discovered that, yes, i might be really stupid, but that doesn’t stop me for having an impact on the world.

      I felt completely reassured and moved on something else the DAY i entered microsoft and worked on something impactful, I didnt care of any certifications anymore.

      Conclusion: DO something impactful that truely matter for you and the world, this would be enough recognition for the rest of your life 😛

      • Marco Rodrigues

        Julien,

        First thank you for your reply. I think I don’t suffer from OCD, but in the recent years, I developed a Hypochondriasis, probably due to having my own family.

        As you said, I lacked recognition in my school days as I had issues to study correctly, then I started to not study much and didn’t even finished the high school. This is something I would like to do at some point, but now I’m spending more time learning others IT subjects and I know that I’m loosing focus in specific areas and instead trying to learn this world and the next one. Some people call that an IT Architect, but I’m not sure about it.

        I started with this since I got my first computer with 14 years old and I never stopped learning. That made me having the position I’ve nowadays, but I’m still not working on something relevant as I would like (for the masses as you said). I’m not the kind of guy that go to work just to get the money in the end of the month, I need to construct, develop, contribute to something to help teams or people.

        Probably only big companies can have that kind of impact on us… not sure 🙂

        Thanks.

        • OCD, Hypochondriasis, etc.. all of this is the same pot my friend: obsession. No worries, I have the problems and it can be treated really well :P.

          Anyway, please focus on building things that matter for you. You could start today in your garage, look at framework like MVVM Light, only one developer is on it. Or you could join open source project like firefox?

          Cheers buddy, take care of yourself.

  • Baptiste

    Tiens tiens un article 🙂

    Bon tout est vrai on peut pas trop le nier.

    Cependant mes points préféré sont le 2 & 3 :

    Le point 2 me fait penser à mon cas, je suis en master informatique en alternance et je vois des choses totalement différente. Maintenant en cours je vois surtout de la POO, Java, avec quelques cours théorique quand même genre IA, algo. Alors qu’en entreprise ce que je fais c’est plus axé hardware bas niveau, assembleur, C/C++, là où le produit livré doit être en boite blanche. C’est à ce moment que je me rends compte que l’informatique ce n’est pas de la magie. Tout a un sens, tout a une fonction, tout peut s’expliquer logiquement, en partant du code jusqu’au fonctionnement électrique du microprocesseur. Et qu’un test oublié dans un code « simple » peut tuer 1500 personnes. Personnellement j’essaie de rester à jour dans tous les domaines de l’informatique et je m’intéresse à tout, au moins les bases ça évite de passer pour un con 😀 .

    Pour le point 3 ahaha c’est valable pour tous ceux qui ont commencé à faire de l’informatique assez tôt. On dit que tu es le meilleur de tous, tu passes pour une star, tu crois que tu sais faire des trucs super. Jusqu’au jour où tu te rend compte que tu es nul. En tout cas je suis content de m’être pas trop faché avec les maths et la théorie dans mes études.

    Même si j’ai vu beaucoup de chose en cours je continue de revoir tous les classiques, sur tes conseils Julien je me suis mis à lire le fameux « Introduction au Algorithmes » de Cormen, ça passe bien, ça permet de revoir (ou voir) des choses avec énormément de précisions qu’on aurait pas pu voir en école. En parallèle tous les soirs j’essaie de me fait une petite question d’algo d’interview, ça pourra toujours servir.

    Au final un peu comme Paul Mira, même si j’ai que 23ans, j’ai maintenant envie d’en savoir toujours plus sur tous les types de système, et surtout sur l’ingénierie logicielle. Sur comment on fait les choses bien et du premier coup.

    Baptiste